Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2008

Fan de l'Inde, passe ton chemin...

Cela fait un mois que je remets à plus tard la rédaction de ce billet. Rien d'inhabituel, me direz-vous, et vous n'auriez pas tort... sauf que cette fois-ci, j'ai une excuse valable : pour la première fois depuis le début de mon voyage, je suis victime du syndrome de la page blanche. Non pas que je n'aie rien à dire, bien au contraire. Comment décrire fidèlement ce que ressens, là est la question.

Je ne parviens pas à m'imprégner de la culture indienne. Faut-il chercher une explication du côté du formatage social auquel j'ai été soumis depuis mon plus jeune âge, qui entre en collision frontale avec le mode de vie indien ? Certainement... toujours est-il que je fais trop de blocages pour pouvoir vivre l'Inde pleinement.

Je ne me ferai jamais aux odeurs pestilentielles qui s'engouffrent dans mes narines quand que je sors de ma chambre d'hôtel, aux bruit assourdissant des klaxons des motos, vélos, rickshaws ou voitures qui me frôlent dans la rue lancés à toute vitesse, aux bouses de vaches sur lesquelles je manque de glisser régulièrement, à cette foule plus collante que le riz chinois, à cet Indien dans le train qui prend mon carnet de notes et commence à le feuilleter sans m'en demander la permission ; à celui-ci qui est assit devant moi dans le bus et qui se retourne pour me fixer droit dans les yeux pendant 10 bonnes minutes sans rien dire, à celui-là qui jette par la fenêtre du train la bouteille d'eau qu'il vient de terminer (certes, les poubelles sont quasiment inexistantes, mais même quand il y en a, personne ne les utilise !), à cet autre qui a l'honneur d'être le quarantième de la journée à m'arrêter dans la rue pour me poser les sempiternelles questions : "where are you from?", "what's your name?", "are you married?". Je ne me ferai pas non plus à cette fatigue permanente due à la mal-bouffe et à la chaleur (entre 40 et 47 degrés tous les jours), aux vendeurs en tout genre qui me poursuivent dans la rue en pensant que 100 roupies ne valent rien pour moi puisque je suis occidental... Peut-être que l'Inde en backpacking, ça n'est tout simplement pas pour moi.

Et pourtant... j'ai déjà passé plus de temps en Inde que dans n'importe quel autre pays de ce tour du monde. D'abord parce que c'est un grand pays et que je dois le traverser pour me rendre au Népal. Et puis, qui dit grand territoire dit diversité. Il me reste beaucoup à voir. Ensuite, parce qu'il y a toujours un lieu qui m'interpelle, une rencontre qui me touche, qui me pousse à gratter un peu plus et à faire sauter ces barrières. Enfin, parce que c'est dans ces moments difficiles que je peux réellement apprendre sur moi et progresser. L'Inde est le terrain de jeu idéal s'exercer à prendre du recul car on n'a pas le choix !

Aux fans de l'Inde qui ont lu cette note jusqu'au bout : toutes mes félicitations, c'est un exploit !!! Je sais que le tableau que je viens de brosser est assez noir, mais je me suis attaché à décrire ce qui m'a le plus marqué. Cela ne m'empêche pas de comprendre la fascination que ce pays peut exercer sur certains. J'ai d'ailleurs bien aimé les temples d'Hampi, le fort d'Orchha, les palais du Rajasthan ou encore cette atmosphère indescriptible qui règne dans les rues de Benares et aux abords du Gange. J'ai été très agréablement surpris lorsque que ce chauffeur de bus, voyant qu'il se mettait à pleuvoir fortement, profita d'un arrêt pour descendre mon sac qui prenait l'eau sur le toit afin de le mettre à l'abri. J'ai été très touché lorsque cette Indienne nous invita à boire le thé en famille dans sa modeste maison à Benares ou par la sincérité dans le regard de ce fermier d'Orchha qui me salua alors que je me promenais sur un petit chemin de terre, loin des tumultes de la ville.

L'aventure est loin d'être terminée. Il me reste à découvrir tout le Nord du pays. Je suis persuadé que la nature, les montagnes, les temples bouddhistes, l'air pur et le calme me donneront un autre son de cloche et me requinqueront. Insha'Allah !

16:55 Publié dans Inde | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

Hello,

pas très étonnant que tu ais du mal avec l'Inde en étant passé avant par la tranquillité et l'esprit sauvage de la Patagonie ou de l'ile de Paques, par la propreté de l'Australie... L'inde, c'est un pays a part sur Terre et le faire en backpacker reste une sacré épreuve même pour un voyageur aguéri.
Si tu avais commencé ton TDM par l'Inde, soit tu serais rentré en France au bout de 3 semaines, soit le reste aurait été d'une facilité déconcertante, alors un peu de challenge pour la dernière ligne droite, ça ne fait pas de mal pour apprécier la suite ! ;-)
L'air des contreforts de l'Himalaya devrait te faire du bien.
a+

Écrit par : Ludovic | 18 juin 2008

Merci ton commentaire, Ludo. Je sais que tu me comprends vu que tu es déjà passé par là. Partager ses expériences aide à se sentir moins coupable quant à notre façon de réagir ! ;o)

Écrit par : Benjamin | 18 juin 2008

Hey ! tu te souviens, roof top d un restau de Jaisalmer, et sa salade tomato - cottage cheese....

Je retrouve bien la quelques traits de l Inde .... au moins toi ils ne t ont pas touche les seins, ni les fesses !

Peux tu m envoyer un mail pour que j ai ton adresse ou te trouve sur facebook ? est ce toi ou gauthier qui sera en indonesie en aout ?

Enjoy the north !

laura

Écrit par : Laura | 19 juin 2008

Bien contents de te lire à nouveau. Le chapitre "l'Inde" est bien différents des précédents, mais n'est-ce pas ce qui "pimente" l'aventure ? la découverte en dehors des sentiers battus, solitaire, laissera de profonds souvenirs et questions. Cela necessite certainement une petite retraite monacale .... au pain et à l'eau ????
Très bonne continuation et nos très amicales pensées t'accompagnent

Écrit par : Tahiti | 22 juin 2008

Tiens bon mon Poulot !

Écrit par : Chris | 23 juin 2008

salut benjamin

ca fai pas mal de tps que je lis discrètement ton blog , et la jpense avoir une ptite video pr te remonter le moral (si l'himalaya n'a pa encore fait le travail...)

http://fr.youtube.com/watch?v=bNF_P281Uu4&eurl=http://blog.lefigaro.fr/hightech/2008/06/le-type-qui-dansait-autour-du.html

voilà enjoy!

Écrit par : tim | 23 juin 2008

Cool de savoir que tu es toujours en vie après cette longue absence!!
Continue de nous faire rêver!

Matthieu

Écrit par : matthieu | 24 juin 2008

Hello Benjamin !

Suis tombé sur ton blog un peu par hasard et quelle surprise !
Pas eu le temps de tout lire mais j'ai vu quelques diaporamas... le temps s'est arrêté pendant quelques minutes.

Courage pour la dernière ligne droite. Je ne connais pas l'Inde mais je suis sûr que tu réussiras à positiver tes sensations plutôt négatives.


A bientôt l'ami

Yo.

Écrit par : Yonathan | 27 juin 2008

Salut, jviens de tomber sur ton blog à cause du titre : je pars pour l'inde (Tamil nadu et kerala) un mois en aout...
J'avoue que ce post ne dresse pas un portrait bien positif mais on sent que tu as essayé de comprendre, d'envisager les choses d'un point de vue différent, et c'est, mes yeux le principal (remarque faire un tour du monde sans avoir cette présence d'esprit c'est pas ben glorieux :D)

Je te souhaite du courage et un bon vent pour t'emmener jusqu'au népal, sur ce je continue à lire tes aventures !

Écrit par : Julia | 28 juin 2008

Salut !

Rien n'est tout à fait blanc ni noir, tu détestes un certain côté de ce que l'Inde a de plus dérangeant et en même temps tu peux aussi apprécier des endroits un peu magiques et intemporels ainsi que des rencontres sympas. Ne faut-il pas connaître le déplaisir pour apprécier le plaisir !

C'est une expérience avec des hauts et bas, alors ne retiens que les bons moments en les vivant intensément au moment présent.

Le Népal sera j'imagine un endroit plus Zen.

Je te souhaite de découvir de très belles choses et qu'Insha'Allah soit avec toi.

Odile.

Écrit par : Odile | 29 juin 2008

@ Julia : je ne suis pas allé dans l'extrême sud de l'Inde. Il paraît que c'est splendide. Bon voyage !
@ Odile : j'ai repris du poil de la bête depuis (cf mes dernières notes) ! :o)

Écrit par : Benjamin | 02 juillet 2008

Salut, je tombe sur ton post qui date de deux ans. Alors avec le recul qu'est ce que ça donne ?
J'ai passé environ 5 mois à voyager seul en Inde il y a 4 ans, depuis j'y suis retourné une fois. Je reconnais, je fais partie des fans.
Les choses que tu décris dans ton post sont vraies, mais notre perception nous encourage souvent à focaliser sur certains aspects plus que sur d'autres. J'ai rencontrés beaucoup de voyageurs lors de mon périples, certains étaient fascinés, d'autre paniqués.
De mon expérience personnelle, je dirais que j'ai connu plusieurs de ces étapes. La panique d'abord, faut dire que j'ai commencé par la région de l'Inde la plus difficile, le Bihar. J'avoue que du coup, le reste de l'Inde a été plus facile.
En outre, tous les désagréments que tu décris se minimisent avec le temps passé là bas. Peut être notre attitude change-t-elle et nous devenons moins sujet aux "hello sir, what's your name, where you come from, etc". On finit par se détendre et du même coup, les évènements ou les tracasseries se distendent dans la foulée.
L'Inde est un pays si vaste, je crois que le terme "les Indes" est plus approprié finalement. Chaque région a ses spécificités et l'attitude des gens est aussi un peu différente vis à vis des voyageurs occidentaux.
Pour ma part, je garde cet attachement difficile à caractériser pour ce pays où les gens ont des cotés magnifiques et surprenants parfois, où les regards et les actes en disent souvent plus long que les mots, dans ce chaos teinté de positivité et d'une philosophie de vie souvent à des années lumières de la vision du monde européenne.

Écrit par : Ben | 09 mai 2010

Bonjour Ben,

Merci pour ton témoignage. Effectivement, ça fait déjà deux ans !
L'Inde est à mon sens un pays unique en son genre, qui a le mérite d'avoir su garder son (ses) identité(s). Je pense ne pas avoir pris suffisamment de recul sur le coup, car les conditions n'étaient pas faciles... mais je suis ravi d'y être allé, puisque c'est justement dans ces moments difficiles, quand je n'avais plus de repères, que j'ai appris énormément sur moi.
Je pense même y retourner un jour, mais pas à la même saison ! ;o)

Écrit par : Benjamin | 24 mai 2010

Les commentaires sont fermés.