Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 décembre 2008

Le patrimoine culturel chinois

Nous avons vu à ce jour une quarantaine de sites classés par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité, dont une dizaine en Chine. Rien de surprenant lorsque l'on connaît la riche histoire du pays et l'immensité de son territoire. A part la grande muraille et l'armée en terre cuite de Xi'an, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. La discussion que j'ai eue dans le bus avec Gauthier avant notre arrivée aux grottes de Longmen illustre bien mon état d'esprit d'alors :
"- Bon, pour les grottes de Longmen... on se donne deux heures ? Ça devrait suffire, non ?
- Ça sera largement suffisant ! A part quelques gravures, je ne vois pas ce qui pourrait nous retenir...
- C'est parfait ! Comme ça on aura plus de temps pour nous rendre a Beijing !"

Nous y sommes finalement restés toute la journée, retenus par l'appel discret des fascinantes sculptures troglodytes, éblouis par les vives couleurs des arbres environnants qui tentent dans un ultime effort d'intimider l'hiver rigoureux arrivant à grands pas. Depuis cet épisode, je dois dire que nous approchons les sites touristiques avec plus d'humilité !

Je vous laisse découvrir en images ci-dessous quelques merveilles du patrimoine culturel chinois.

muraille.JPG
La grande muraille
Cite_interdite.JPG
La cité interdite
leshan.jpg
Le grand bouddha de Leshan
Fenghuang.JPG
Le village de Fenghuang
Lijiang.JPG
Le village de Lijiang
longmen.jpg
Les grottes de Longmen
terracota2.JPG
L'armée en terre cuite de Xi'an
wudangshan.jpg
Wudang Shan
panda.jpg
Les pandas géants

11:11 Publié dans Chine | Lien permanent | Commentaires (0)

04 décembre 2008

La pêche aux cormorans

Je crois bien que c'est dans la fameuse émission du vendredi soir de Georges Pernoud que j'avais découvert cette technique de pêche insolite qui m'avait fascinée. Elle consiste à se servir de cormorans pour pêcher le poisson. D'abord, il faut leur apprendre à nager près de l'embarcation en bambou et à saisir la perche tendue par leur maître. Ensuite, et c'est sûrement la partie la plus ardue, ils doivent "comprendre" que le produit de leur pêche ne leur appartient pas (certains des cormorans n'ont pas de ficelle autour du cou !).

Dans le petit village de Xingping, au beau milieu de cette baie d'Ha Long terrestre, Gauthier et moi avons eu la chance d'embarquer avec un pêcheur à la tombée du jour pour assister à ce fascinant spectacle où l'animal met son habileté au service de l'homme.


11:07 Publié dans Chine, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (3)

02 décembre 2008

Chine : urbanisation et pollution

Un ciel lourd, croulant sous le poids de la tristesse et dont la pâleur trahit la maladie. D'immenses axes routiers congestionnés menant à des villes tentaculaires surpeuplées. Des immeubles délabrés, des infrastructures vétustes. Des piétons pressés au visage fermé disparaissant dans de sombres ruelles derrière la vapeur épaisse des boui-bouis. Est-ce l'image que vous vous faisiez des agglomerations chinoises ? Moi aussi... avant d’être allé en Chine.

Ce qui surprend le plus quand on vient d'Asie du sud-est, c'est l'atmosphère paisible qui plane dans les rues, même aux heures de pointes ; à tel point que l'on peut se demander si les véhicules sont équipés de klaxons ! Ici, les scooters sont électriques ; ils se faufilent silencieusement entre les voitures comme sur un coussin d'air. Le centre ville est en général traversé par une rue piétonne flanquée de centres commerciaux gigantesques. Ici, un espace vert. Là, un banc à l'ombre des arbres. Finalement, il fait plutôt bon vivre dans ces villes !

La Chine compte 650 millions de citadins et 89 villes de plus d'un million d'habitants, dont 49 créées il y a moins de vingt ans (source : Le Monde). Malgré l'afflux continu de la population rurale, le gouvernement est parvenu à construire suffisamment de logements pour tous, en respectant un plan d'urbanisation cohérent. L'ONU aurait même cité la Chine comme modèle urbain à suivre lors du quatrième forum urbain mondial qui s'est tenu début novembre sous l'égide du Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat).

"Tout cela est fort encourageant", me direz-vous, "mais la Chine est tout de même le premier pollueur mondial !", ce que l’agence hollandaise pour l’environnement semble confirmer dans ce rapport. Il est vrai que selon Le Monde, 70% de l'énergie électrique provient de centrales à charbon et que vingt des trente villes les plus polluées au monde sont chinoises. Des initiatives telles que l'instauration des scooters électriques ou la mise en place de la circulation alternée à Beijing semblent de fait largement insuffisantes pour assurer un développement durable. C'est certain, mais nous autres pays occidentaux, sommes-nous au dessus de tout reproche en matière de protection de l’environnement ? Je vous invite à lire cet article d'Encyclopedia of Earth, notamment le chapitre "Comparison with the air pollution elsewhere in the past", qui vous permettra peut-être de porter un regard nouveau sur la question. L'objet n'est pas de minimiser le problème de pollution ou de chercher des coupables, mais plutôt de comprendre la situation telle qu’elle est, sans parti pris.

 

03:45 Publié dans Chine, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (5)

01 décembre 2008

Premiers pas en Chine

En compilant des bribes d’informations pas toujours objectives dans la presse et les médias, j’en suis venu à me faire une image complètement déformée de la Chine avant même d'y mettre les pieds. J’imaginais un peuple de paysans tristes et opprimés, vivant sous le joug d’un gouvernement impitoyable. Ne nous a-t-on pas appris à craindre ce géant qui bafoue les droits de l’homme, pollue plus que quiconque notre planète et qui représente une menace économique sans précédent pour le monde occidental ?

 

Connaissons-nous seulement les réelles conditions de vie des Chinois ? Je n'évoquerai ici que le cas des citadins car je ne suis allé que sporadiquement dans la campagne profonde : j’ai vu des personnes au mode de vie semblable au nôtre et d’une extraordinaire gentillesse. Malgré la barrièrre de la langue, nous partageons la même envie de communiquer. La curiosité l’emporte souvent sur la timidité et il n’est pas rare qu’un jeune (quasiment eux seuls parlent anglais) vous accoste dans la rue simplement pour établir le contact et pratiquer l’anglais. Je pense notamment à ce jour où, cherchant un cordonnier, nous nous sommes fait spontanément accompagnés par une boutiquière qui était fière de nous montrer que sa fille, jouant le rôle d’interprête au téléphone, parvenait à communiquer avec nous ! La gentillesse de cette femme ne s’est pas arrêtée là : le soir-même, j’ai eu droit à une visite de Chengdu by night avec toute la famille... et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres !

 

Je pensais être parvenu à me débarasser de mes prejugés pendant ce voyage… il reste des progrès faire visiblement...

 

09:34 Publié dans Chine, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (1)

14 octobre 2008

Un petit mois au Viêt-Nam

On m'avait prévenu au Cambodge : "tu sais, les Vietnamiens ne sont pas très accueillants. Prépare-toi !" J'ai donc franchi la frontière tel un gladiateur pénétrant dans l'arène, prêt à en découdre.

Après six heures de car depuis Phnom Penh, me voici donc à Ho Chi Minh City. Je réalise aussitôt que mes craintes étaient infondées : la plupart des personnes que je croise dans la rue sont aimables et souriantes. La première chose qui me frappe, à part ma chambre d'hôtel (cf. vidéo ci-dessous), ce sont ces milliers de deux roues surchargés qui se faufilent entre les voitures, circulant en petits groupes comme des essaims d'abeilles partant à la recherche de pollen. Essayez d'imaginer ce que représentent  quatre millions de scooter dans une ville comptant huit millions d'habitants !

Après l'impressionnant marché flottant de Cantho, le plus grand du delta du Mékong, j'effectuai le circuit touristique classique du sud au nord en passant par Nha Trang, le vieux quartier d'Hoi An, les tombes et la citadelle impériale de Hué puis la baie d'Ha Long et ses fabuleuses grottes (dont on ne parle que trop rarement). Je n'ai pas fait grand chose à Hanoi, si ce n'est quelques musées, le spectacle de marionnettes sur l'eau (que je recommande vivement) et la course aux visas qui m'a pris un certain temps. L'ambassade de Birmanie a fini par m'accorder mon "laissez-passer" alors qu'il m'avait été refusé à Phnom Penh. L'ambassade de Chine, quant à elle, a agit fidèlement à la politique de la République Populaire, c'est à dire sans considération pour les citoyens, d'où qu'ils viennent : après deux heures et demie de queue, le service de sécurité nous a fermé la porte aux nez sans aucune explication. J'ai dû faire appel à une agence pour obtenir le précieux sésame... et me voici en Chine depuis le 11 octobre, après m'être fait confisqué mon Lonely Planet à la frontière sous prétexte que Taïwan n'est pas de la même couleur que la Chine sur les cartes ! Je commence à vivre la censure de très près...

Au fait, ne vous étonnez pas si je ne mets pas mon blog à jour ces prochaines semaines car les accès internet ne seront pas nombreux... et quand ils existent, certains sites sont bloqués (comme mon blog par exemple).

DSC_5526 (Large).JPG
Marché flottant de Cantho

DSC_5469 (Large).JPG
Marché flottant de Cantho

DSC_5807 (Large).JPG
La tombe royale de Khai Dinh

DSC_6014 (Large).JPG
La baie d'Ha Long

pano2_cr (Large).jpg
L'une des grottes de la baie


10:06 Publié dans Viêt Nam | Lien permanent | Commentaires (4)

07 octobre 2008

Balade dominicale à Phnom Penh

Après avoir effectué un véritable parcours du combattant pour obtenir mes visas, je décide d'aller faire un tour le long tu Mékong pour me changer les idées. Au détour d'une rue, j'assiste à une partie de pétanque à la cambodgienne ; plus loin, les sportifs du dimanche testent leur habileté au jeu de volant asiatique appelé "jianzi" en Chine.