Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2008

La recette d'un bon Roadtrip selon Maïte

"- Alors dites-nous Maïte : que faut-il pour faire un bon Roadtrip ? (ndl : à lire avé l'assent du sudeuouest)

- Et bien écoutez Micheline c'est très simple ! Pour réaliser cette recette, il vous faudra deux zigotos en tour du monde, un campervan tout équipé, de la route, beaucoup de route, du soleil, de l'outback, du bush, des dauphins, des requins baleine, des kangourous (attention c'est important ! Il en faut des morts et des vivants tout le long de la route pour bien réussir la recette !), un magnifique parc national, une ville fantôme, le cap Leewin, des arbres gigantesques, la Waverock et des ustensiles tels qu'un un barbecue, un frisbee, deux boomerangs et des enceintes pour l'iPod.

- Pour sûr, c'est une recette qui ne s'improvise pas Maïte... Êtes-vous sûre qu'elle soit à la portée de nos téléspectateurs ?

- Elle est ma foi fort simple, Micheline. L'important, c'est de ne pas oublier la pincée de bonne humeur et le zeste d'aventure qui lieront le tout.

- Nous avons là les ingrédients pour préparer un vrai festin dites-moi !

- Pardis ! Je ne vous le fais pas dire Micheline.

- Alors, la question qui brûle à présent les lèvres de nos amis derrière leur poste : comment cette recette se cuisine-t-elle ? 

- Mettez les deux zigotos dans le campervan à Perth. Ajoutez le soleil (notez qu'il est important de l'ajouter des le départ, sinon la sauce de prendra pas !). Faites les remonter tout le long de la côte ouest jusqu'à Coral Bay pour qu'ils trempent leurs pieds avec les dauphins et nagent avec le requin baleine. Faites les ensuite prendre la direction de l'outback vers le Karijini National Park afin qu'ils parcourent le lit d'une rivière au fond d'impressionnantes gorges. Qu'ils redescendent ensuite à travers le bush vers Perth par les petites routes intérieures. Disposez quelques kangourous morts sur la route et d'autres vivants sur les bas-côtés pour que le chauffeur reste alerte. C'est à cet instant précis qu'il faudra incorporer la ville fantôme. Remuer en permanence avec beaucoup de musique. Faites les sortir du van de temps en temps pour qu'ils s'exercent au boomerang. S'ils ne sont pas encore suffisamment ramollis à leur retour à Perth, faites les parcourir le sud ouest pendant 5 à 6 jours du côté du cap Leewin, qu'ils traversent de mignonnes petites villes. Avant d'arriver à Albany, souvenez-vous qu'ils devront grimper un arbre de plus de 50 mètres au péril de leur vie. Pour terminer, il feront un crochet par la ville d'Hyden où ils pourront admirer la Wave Rock avant une bonne partie de frisbee suivie d'un bon barbecue. Ensuite faites les revenir à Perth... Simple, non ?

- Mmmm ! J'en salive déjà... mais une question me turlupine tout de même Maïte : combien de temps nos amis devront-ils voyager et combien de kilomètres parcourront-ils ? 

- Macarelle ! Mais où avais-je donc la tête ? J'allais oublier de préciser que nos loulous devront parcourir 5 923 kilomètres en exactement 17 jours."

- ... et bon appétit bien sûr !

(Retrouvez notre parcours sur dans la section google maps)

 
486363089.JPG
Le campervan
647486897.JPG
L'outback
968708099.JPG
Les dauphins
1233080019.2.JPG
Le requin baleine
1439467302.JPG
Surf sur la Wave Rock 
1711054223.JPG
Petite partie de boomerang au coucher du soleil
1008963332.jpg
Les gorges du Karijini Park
206504347.jpg
Un baleinier reconverti en musée à Albany
1068744303.JPG
Les Pinnacles

09:08 Publié dans Australie | Lien permanent | Commentaires (3)

08 avril 2008

Sydney by night

Une ruelle déserte, une place peu éclairée... et moi qui me promène avec mon Reflex, les écouteurs de mon Ipod plantés dans mes oreilles et mon sac à dos rempli de papiers importants. Et oui ! C'est Sydney mon vieux ! Tu peux te balader à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit sans risquer de te faire agresser ! Au fur et a mesure que j'arpente les rues de cette ville que je ne me suis pas encore appropriée, je découvre qu'elle sera un terrain de jeu idéal pour la photo de nuit... (les photos de nuit continuent dans la rubrique Diaporamas, catégorie Australie).

957662561.JPG
Opera house 
 
680355920.JPG
Opera house et Harbour Bridge 
 
1619585003.JPG
Parc The Domain 
 
90067815.JPG
Un édifice dans la City 
 
1773135454.JPG
Des immeubles le long de la rive

07:46 Publié dans Australie | Lien permanent | Commentaires (6)

Une impression de déjà vu...

Le petit nuage sur lequel je me trouvais depuis six mois m'a porté jusqu'aux côtes australiennes où il m'a laissé tomber, balayé par le vent. Je vais probablement en surprendre plus d'un en disant que mon arrivée à Sydney a été accompagnée d'une certaine mélancolie, d'un sentiment de manque... Je ne jette pas la pierre à l'Australie, dont j'ai encore tout à découvrir. Je sais qu'elle regorge de paysages uniques dans le monde et qu'elle a beaucoup à offrir et à m'apprendre. Mais je ne peux m'empêcher de penser qu'une page importante de mon voyage s'est tournée à l'instant ou j'ai posé le pied sur ce continent.

Six mois en Amérique du Sud ne laissent pas indifférent. Combien de personnes riches et généreuses ai-je rencontrées ? Combien de paysages somptueux ai-je pu contempler ? Combien de moments magiques ai-je vécu là-bas ? Impossible à dire car personne ne pourrait quantifier le bonheur qui a été le mien tout au long de ce voyage sur le Nouveau Continent.

Cette impression de déjà vu en marchant dans les rues de Sydney a rendu les premiers jours un peu longs... mais à l'heure où j'écris cette note, j'ai remis le pied à l'étrier. Vous comprendrez pourquoi en lisant mes prochains billets !

06:30 Publié dans Australie | Lien permanent | Commentaires (3)

02 avril 2008

Je reviendrai !

N'en déplaise aux Chiliens, Rapa Nui est avant tout polynésienne. Je n'ai trouvé aucun point commun entre l'île et le Chili, si ce n'est la langue.

Le dépaysement est total... la magie opère... d'abord quand on réalise le privilège que l'on a de se trouver sur l'île habitée la plus isolée du monde, à 3700 km du continent sud américain et à 4000 km de Tahiti ; ensuite quand on pense que c'est ici que les fameux Moais ont été sculptés, traînés sur des kilomètres parfois pour être érigés par centaines tout autour de l'île. Il y règne une atmosphère particulière qui impose le respect.

L'île est encore sauvage : il n'existe qu'une seule ville Hanga Roa, les chevaux se déplacent en liberté, l'accès aux Moais est libre, aucune construction en béton ne vient casser la splendide ligne côtière... Entre les volcans, les grottes, les falaises et les plaines, la diversité des paysages est saisissante. 

Certains disent qu'il suffit de trois jours pour faire le tour de l'île. Je pense qu'il faut au moins deux semaines pour s'imprégner du lieu, connaître son histoire (merci Régis pour nous avoir transmis ta passion pour l'histoire de Rapa Nui !).

Je suis venu sur l'île de Pâques pour admirer les Moais ; j'en repars conquis par la gentillesse des pascuans et par la magie de l'île... J'ai l'étrange sensation d'y avoir laissé une partie de moi... C'est sûr, j'y reviendrai.

34939a5a92d32d08e697d271c00f6d87.jpg
Coucher de soleil à Tahai 
2113e800def5d48848f178a1f11c3b75.jpg
9dc71eed46d8dd1d2bf0be19f1444f8b.jpg
  Ahu Tonga Riki - Le site des 15 Moais 
2b139627f6dc1def38e41b0cbd92cd01.jpg
Les carrières du volcan Ranora Raraku
9bb6388faf8daec61e0a4ad780159497.jpg
Vue des Motus des hauteurs d'Orongo

09:17 Publié dans Polynésie | Lien permanent | Commentaires (7)

Premières heures à Rapa Nui

Les cinq heures de vol depuis Santiago du Chili sont passées à toute vitesse. Je me dirige vers l'escalier... avant dernière marche, dernière marche... ça y est ! Je foule le sol de Rapa Nui ! J'ignore encore si l'île sera à la hauteur de mes espérances, car je rêve de cet instant depuis longtemps ; mais la simple vue du petit Moai qui trône au milieu de l'aéroport me rassure.

A peine avons-nous récupéré les bagages qu'Antoine, qui sera notre hôte durant toute la semaine, nous souhaite la bienvenue avec des colliers de fleurs, dans la pure tradition polynésienne. Nous sautons à l'arrière du pick-up et Antoine nous propose d'assister à un spectacle de danses locales organisé par l'école de sa fille, à quelques rues de là. Moins d'une demi-heure après notre arrivée, nous voilà donc assis dans réfectoire à admirer les danses chiliennes et polynésiennes interprétées avec beaucoup de vigueur par les enfants de l'île.

Demain nous irons à l'aéroport trouver Catherine et Bernard, les parents de Gauthier (que je remercie au passage pour leur gentillesse et leur générosité), avec qui nous passerons une semaine formidable à découvrir l'île.

a9d40784bffde31d05b29be4f56826a5.jpg
A l'arrière du pick-up
 
4792af145c112bf7eb5a044fd22693be.jpg
Spectacle de danses traditionnelles (merci pour la photo Gauthier !)

08:31 Publié dans Polynésie | Lien permanent | Commentaires (4)

30 mars 2008

Benjamin à la ferme - Vidéo 1 : comment semer du blé