Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2007

Machu Picchu - part 1

Quelle épopée ! Tour du monde oblige, nous avons choisi de nous rendre à Aguas Calientes (le village le plus proche du Machu Picchu) en bus et à pieds. Après un trajet de 6 heures en bus sur des routes cabossées, nous sommes arrivés à Santa Teresa. De là, nous avons sauté dans un taxi qui nous a emmenés à  Santa Maria. Le reste du parcours se fait à pieds. Nous nous sommes renseignés sur la durée de la marche qui nous attendait :

"- Disculpe ! Cuanto tiempo necesitamos para ir hasta Aguas Callientes ? 

- 3 horas, no mas !"

150 m plus loin :

"- Disculpe ! Cuanto tiempo necesitamos para ir hasta Aguas Callientes ?

- 7 horas... Deberian dormir aqui esta noche."

50 m plus loin :

"-  Disculpe ! Cuanto tiempo necesitamos para ir hasta Aguas Callientes ?

- Hasta Aguas la estacion hydroelectrica, 30 minutos. Despues, una hora."

Comme d'habitude, aucune des versions ne concorde. Le Lonely Planet indique 2 heures pour rejoindre la station hydroélectrique, puis encore deux heures pour arriver au village d'Aguas Callientes. Nous regardons l'heure : 17h. Un court instant de réfléxion avec le couple d'Allemand que nous avons rencontré dans le bus... "Banco !" Nous voici donc partis pour un marche de 4 heures à priori. Mais ayant fait la première moitié du parcours en 1,30 heure avec une pause vomi d'une demi-heure, nous pensions pouvoir arriver en 3 heures. Que néni ! Après la station hydroélectrique, il nous a fallu longer la voie ferrée pendant plus de 3 heures et demies à l'aide de nos lampes frontales. C'est donc après 6 heures de bus, deux heures de taxi et 5 heures de marche que nous sommes finalement arrivés à Aguas Callientes.

Le lendemain, ascension d'une petite montagne en face du Machu Picchu, accessible à pieds depuis Aguas Callientes. Temps nécessaire selon les locaux ET les touristes (ouaou ! une première...) : 2 heures, mais sur un chemin vertical. Une fois arrivé au sommet (en une heure s'il vous plaît !) j'ai pu contempler le Machu Picchu. De loin certes, mais ce fut un moment inoubliable car j'avais le Machu Picchu pour moi tout seul !

da99c022d17b51369511f12b327cb3b1.jpg

 

00:23 Publié dans Pérou | Lien permanent | Commentaires (5)

Machu Picchu - part 2

Nous sommes montés le lendemain matin avec le bus de 5.30 jusqu'à l'entrée du parc. Le portique franchi et le tampon du Machu Picchu encore frais sur nos passeports, nous fonçons à la puerta del sol d'où nous attendons que la brume matinale se dissipe pour voir l'un des plus beaux spectacles auquel j'ai pu assister depuis le début de notre voyage. J'ai du mal à y croire : le Machu Picchu, là, devant nos yeux.

Nous redescendons sur la place principale et nous dirigeons vers le Waynapicchu, une montagne qui surplombe le Machu Picchu, de l'autre côté. Montée d'une heure et là le Machu Picchu se dévoile sous un autre angle.

Nous avons marché pendant plus de 10 heures dans les ruines, sur les chemins de terre et de pierre. C'était fabuleux... une expérience unique.. Je pense que les photos parleront d'elles mêmes.

A tout de suite dans la section "Diaporamas" !

6ea0a67e1b39c49c08fe2d0456324060.jpg

 

00:20 Publié dans Pérou | Lien permanent | Commentaires (2)

14 novembre 2007

Cusco et ses sites archéologiques

89893b37d87527903f6beb49ca3dd3d1.jpgOn l'attendait depuis longtemps... Cusco... la voici enfin ! La porte d'entrée des plus beaux sites archéologiques du Pérou, dont le célèbre Machu Picchu. On ne peut plus touristique, elle n'en garde pas moins son cachet d'origine d'il y a... 850 ans ! Cusco serait en effet la plus vielle ville d'Amérique du Sud. Il faut le faire exprès pour ne pas s'en rendre compte. Lorsque l'on traverse la Plaza de Armas pour se rendre à la Plaza San Blas sur les hauteurs, on réalise à quel point cette ville a des choses a nous dire. Des églises, des musées, des places, des ruelles et biensûr des ruines Incas : ces fameux murs de pierres lisses parfaitement imbriquées les unes avec les autres sans ciment ou autre matériau, sans triche. Comment les Incas ont-ils pu tailler ces énormes pierres et ériger ces murs avec autant de précision ?

Aux alentours de Cusco, ce sont plus de 2 000 hectares de ruines ont été mis à jour, en grande partie dans El Valle Sagrado (la vallée sacrée). Des sites où l'on trouve essentiellement des restes de maisons aux portes trapézoïdales et aux murs inclinés pour résister aux tremblements de terre, de temples solaires, de terrasses agricoles et de pierres sacrées. On voudrait être les seuls à arpenter ces chemins de terre pour se perdre un moment dans les ruines et prendre le temps d'imaginer comment les Incas vivaient il y a plus de 500 ans.

Cusco a tenu toute ses promesses.

29bf6233a8846886c085b81dd6c3a24d.jpg
La cathédrale de Cusco, Plaza de Armas 

 

23:25 Publié dans Pérou | Lien permanent | Commentaires (0)

04 novembre 2007

Déjà 100 heures passées dans les cars !

Cette salsa entraînante, la déco résolument kitsch des fauteuils et des rideaux, les couleurs vives des vêtements péruviens et équatoriens, les vendeurs ambulants de bonbons, de sandwiches, d'elixir qui guérit toutes les maladies... Au début, on trouve cela plutôt dépaysant. Je pense que c'est dans les cars que l'on est le plus proche des gens. C'est l'observatoire idéal pour le voyageur car c'est le seul endroit où il est l'égal des locaux. Il prend le car pour se rendre d'un point A à un point B, comme les autres. Il suffit de tourner la tête à droite pour observer une tranche de vie de famille, à gauche pour voir des enfants s'amuser, ou de se retourner discrètement pour surprendre un jeune couple s'échanger des mots doux à l'oreille. Les déplacements en car sont indispensables si l'on veut sentir, comprendre un pays.

Et puis au bout de 7 ou 8 heures de voyage, votre attention se porte sur d'autres choses, comme le confort spartiate des fauteuils par exemple, ou encore les routes cabossées qui vous font bondir de 10 centimètres lorsque vous cherchez le sommeil, la poussière, le bruit, la climatisation mal réglée (quand il y en a)... et le pire : le manque de place pour les jambes et les coups de genoux dans votre dossier. C'est là que vous repensez au TGV qui rallie Paris à Marseille en 3 heures et demies et dans lequel vous pouvez tranquillement écouter votre musique en somnolant et laisser votre verre d'eau sur votre tablette sans craindre qu'il se renverse...

Je vois déjà certains d'entre vous tomber de leurs chaises et se dire : "quand même, il exagère un peu là ! Il se prend une année pour faire un tour du monde et il trouve le moyen de se plaindre !". C'est vrai. Honte sur moi. Mais quand je me souviens des 25 heures passées dans les cars ces 2 derniers jours pour rallier Cuenca à Lima et que je pense aux 21 heures de car qui nous attendent tout à l'heure entre Lima et Cusco, j'avoue que ne pas être motivé, même si je sais bien que je serai tellement heureux d'arriver à Cusco que j'en oublierai tout le reste !

11 octobre 2007

Rugby - Quart de finale Nvelle Zélande / France

Par chance nous avons trouvé un petit resto qui avec deux télés équipées du câble. On a donc pu voir le match France Nouvelle Zélande, assis autour d'une table de bambou en mangeant nos sandwiches. Nous étions accompagnés d'un couple de Suisses (Franzisca et Sander) que nous avons rencontrés à Trujillo et avec qui nous avons fait un bout de chemin jusqu'à Mancora.


C'était un beau match, il y a eu de l'action et du suspens jusqu'au bout : nous étions menés 13 a 0 à la fin de la première mi-temps, mais après une première pénalité et l'essai marque par Michalac 3 minutes après son arrivée sur le terrain, le moral est revenu ! Nous avons égalisé puis pris l'avantage pour terminer a 20 contre 18. Bravo à l'équipe de France et merci de nous avoir offert ce spectacle ! Rendez-vous le 13 Octobre pour la demi-finale contre l Angleterre. Allez les bleus !

04:31 Publié dans Pérou | Lien permanent | Commentaires (0)

06 octobre 2007

Mancora

Eh oui ! Le Pérou a de bons spots de surf, ce que j'ignorait totalement. Il paraîtrait même qu'ils ont une des vagues les plus longues du monde ! Pilar, la propriétaire de l'auberge où nous sommes, nous a donné une leçon ce matin. C'est une Péruvienne d'une 40aine d'années, typée surfeuse avec ses longs cheveux teintés en blond, ses épaules plus larges que les miennes et sa bonne humeur imperturbable.

Elle nous a donné de longues planches assez molles, très pratiques pour apprendre. Je m'attendais à un peu plus de théorie avant le mise à l'eau mais Pilar s'est contentée de nous expliquer qu'il fallait ramer fortement pour réussir à prendre la vague, puis se mettre debout d'un coup. J'ai tenu environ une demie seconde au premier essai. Mais au fur et à mesure des tentatives, j'ai commencé à comprendre comment ça fonctionne et j'ai pu prendre de belles vagues.

Cette journée surf et détente dans les hamacs m'a fait beaucoup de bien. On se laisse aller a ne rien faire et quand on s'ennuie, on va a la plage ou l'on peut louer une planche pour 10 soles (2,5 euros) la demi journée. Que la vie est dure !! ;-)

e4edc933895716f28bf47beb6fe46c0c.jpg
Sufing in Pérou ! 

04:20 Publié dans Pérou | Lien permanent | Commentaires (2)