Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 décembre 2008

Seven days in Tibet

Des monastères perchés aux flancs des montagnes aux cimes enneigées. Des torrents qui serpentent au milieu des déserts rocailleux et des steppes brûlées par le froid. Au détour d’une route, un petit groupe d’une dizaine de personnes de tous âges. La ferveur se lit dans le regard de ces pèlerins qui parcourent des centaines, voire des milliers de kilomètres en s’allongeant à chaque pas de tout leur corps, bras étendus devant eux, sur le bitume gelé.. Certains ont quitté leur foyer il y a plus de trois ans. De gros cals sur le front des plus appliqués témoignent de la difficulté de l’épreuve qu’ils endurent sans faillir. Ils ont un objectif : le temple de Jokhang à Lhassa, où ils feront la queue plusieurs heures dans le froid avant de pouvoir se recueillir devant les statues de Bouddha et verser du beurre de yack sur les bougies aux flammes éternelles.

Le Tibet, dont les portes s’étaient refermées alors que  j’étais en Inde, m’a finalement accueilli à bras ouverts pour s’offrir à moi avec une immense générosité que je n’oublierai jamais.

 

 

 

01:27 Publié dans Tibet | Lien permanent | Commentaires (0)

28 décembre 2008

Une soirée à Lhassa

Pour visiter le Tibet, il faut obligatoirement être accompagné d’un guide. Par chance, nous sommes tombés sur Tashy, un jeune Tibétain, qui nous a emmenés le premier soir dans un petit bar local où nous avons pu déguster la bonne bière de Lhassa en observant une partie de dés annimée. Plus tard dans la soirée, nous avons eu droit à une démonstration de danse locale.

Nous avons été chaleureusement accueillis au Tibet, où que nous soyons allés.

 

 

00:49 Publié dans Tibet | Lien permanent | Commentaires (1)

15 juillet 2008

Demandez le programme !

Depuis la mi avril, le gouvernement chinois a durci les conditions d'obtention du visa. Désormais et jusqu'à nouvel ordre, tout ressortissant européen doit formuler sa demande dans son pays d'origine. J'entends dire que c'est en raison des J.O. Il faudra que l'on m'explique...  En tous cas, il est hors de question de retourner en France ou d'envoyer mon passeport par la poste. Je suis coincé.

Les humbles fonctionnaires de l'Empire du milieu nous ayant fermés la porte au nez, à moi comme à des milliers de voyageurs, j'ai dû changer mon fusil d'épaule. Pour être franc, dès mon arrivée en Inde, j'avais déjà quelques doutes quant à mon itinéraire en raison de l'instabilité politique au Tibet, des tremblements de terre au Xi Chuan ou encore du cyclone qui a dévasté une partie de la Birmanie, y compris les récoltes de riz. Qu'à cela ne tienne, j'irai en Indonésie en passant par Singapour ! Je ferais peut-être aussi un petit saut par la Malaisie... et pourquoi pas pousser jusqu'aux Philippines ? Ensuite, je reprendrai mon parcours initial : Cambodge, Vietnam, Laos, Hong-Kong etc.

En attendant, il faut que je bouge d'ici. Cela fait une semaine que je suis à Kathmandu et que je recharge les batteries sous la pluie. Le 23 juillet, je m'envolerai pour Singapour. D'ici là, à moi Darjeeling et les somptueux paysages du Sikkim !

12:11 Publié dans Népal | Lien permanent | Commentaires (11)

01 juillet 2008

Un momo, et ça repart !

Le Ladakh est à la hauteur de mes espérances. Après plus d'un mois en apnée, je reprends enfin une bouffée d'oxygène, au sens propre comme au figuré. Il règne un calme olympien dans ce désert de pierre et de sable. Les seuls bruits que l'on perçoit sont ceux apportés par le vent frais qui souffle dans les contre-forts de l'Himalaya. Exit les agressions en tous genres ; bienvenue à la tranquillité, au bien être. Je reprends du plaisir à voyager.

Ici, on aperçoit un monastère bouddhiste perché sur chaque montagne. Dans les rues de Leh, on croise le regard rassurant des moines, un aller simple pour le Tibet. C'est un petit réconfort pour moi, sachant que nous ne pourrons nous rendre au Tibet, la frontière étant fermée en raison des troubles politiques actuels.

Pour info, le momo est un délicieux plat tibétain qui se présente sous la forme d'un ravioli fourré de légumes ou de viande, souvent accompagné d'une soupe.

DSC_0871.JPG
DSC_0998.JPG
Sur la route entre Manali et Leh
 
DSC_1424.JPG
Dans l'enceinte d'un monastère, près de Leh
 
DSC_1420.JPG
 Une représentation de Bouddha
 
DSC_1643.JPG
Des moines
 
DSC_1612.JPG
 A table !
 
DSC_1984.JPG
Des fidèles au monastère de Lamayuru

13:36 Publié dans Inde | Lien permanent | Commentaires (3)